BLOG

  • Buzz Bradley

Retour d'expérience après une semaine avec 2PVA - Un article de Buzz Bradley

Notre voyage commence en septembre 2017 avec un message simple "Si vous voulez faire une pause, jetez un œil à notre production Deux Pas Vers l'Autre : une randonnée de 10 000 km en Europe, 17 pays, 17 mois... Nous commençons en janvier prochain☺"

Puis vint une vidéo puis une conversation. Avant de nous en rendre compte, nous discutions les modalités et les arrangements. Je n’avais jamais entendu parler d’un voyage aussi ambitieux et pourtant, j’y croyais ! Nil et Marie étaient totalement convaincus qu’ils pouvaient atteindre leur objectif, à tel point que lors de notre premier appel téléphonique avec eux, Nil a déclaré : "La seule raison pour laquelle on pourrait ne pas terminer ce voyage ce serait qu'on meure. Nous le terminerons". C'était tout ce que j'avais besoin d'entendre.


Maintenant, avance rapide jusqu'en février 2020, juste avant que le COVID-19 ne devienne une pandémie mondiale. Deux amis et moi étions en route pour Istanbul en Turquie pour rejoindre Nil, Marie et un groupe de leurs amis pour terminer le voyage ensemble. Seulement 150 km à parcourir !


Quand nous sommes arrivés au camp, il faisait sombre, froid et venteux, mais nous n'avons ressenti que chaleur et excitation. Nous avons été rapidement accueillis par nos nouveaux amis. Cela ressemblait plus à une réunion qu'à une introduction. Nous avons apprécié un repas de style familial (lyophilisé bien sûr) et avons organisé une soirée dansante autour du feu de camp.


Rapidement, il était temps de nous reposer car nous savions que nous avions une grosse journée devant nous. Je me suis endormi en écoutant le vent, les chiens et les vagues de la mer Noire, rempli d'excitation pour le lendemain.


Le lendemain matin, nous nous sommes réveillés et j'ai réalisé que pendant ce trek, manger ne ressemblerait à aucune autre expérience que j'ai pu avoir sur les sentiers; pain, figues, beurre, thé, miel, etc. Il y avait tellement de bonnes choses à choisir et il n'y avait pas de pénurie de ravitaillement. Après notre petit-déjeuner, nous avons fait nos sacs et avons pris la route.


Au cours de nos premiers pas, je me suis retrouvé à avoir de chouettes conversations individuelles avec de futurs amis, chacune d'une durée de quelques kilomètres avant de passer de manière organique à une nouvelle conversation avec un nouveau visage. Il me faudrait deux jours avant d'avoir la chance de vraiment connaître tout le monde individuellement et je me suis vite rendu compte que j'étais entouré de gens formidables. Leur esprit, leur humour et leurs expériences ont tous contribué à notre voyage et mon seul espoir était d'être moi-même un contributeur positif.


Outre les gens de notre groupe, j'ai apprécié la compagnie de nos amis à quatre pattes. Ces chiens errants marchaient avec nous sur des kilomètres, certains restant avec nous à travers plusieurs villages à la recherche de rien de plus que quelques papouilles derrière les oreilles et un casse-croûte occasionnel pour tenir le coup. Ces chiens étaient beaux et complètement autonomes, vivant de la terre et négociant les rencontres aléatoires d'autres chiens.


Comme la plupart des Américains, la géographie européenne n'est pas mon point fort. Tout ce que je savais sur Istanbul, c'est que c'est une ville ancienne avec une histoire profonde. Les amis et la famille m'ont mis en garde contre cette partie du monde en raison des événements politiques actuels et de la peur de l'inconnu. Toute la peur, l'incertitude et le doute n'ont pas suffi à m'empêcher de participer à ce voyage, et à ma plus agréable et modeste surprise, le peuple turc a été extrêmement généreux ! Merhaba ("Bonjour") est devenu mon nouveau mot préféré. Nous avons été accueillis avec rien de moins qu'une immense gentillesse et de l'hospitalité partout où nous sommes allés.


Passer par un nouveau village pour se reposer et se réapprovisionner est devenu quelque chose que j'attendais avec impatience. Ce que j'ai le plus apprécié dans ces villages, c'est "regarder les gens". J'ai pu assister et absorber une grande partie de la culture et observer les interactions sociales entre les locaux et les invités, le tout sans traducteur.


De toutes les choses merveilleuses que j'ai vécues lors de ce voyage, l'amour et l'admiration pour ceux avec qui j'ai voyagé et rencontré sont définitivement au sommet de la liste. Je ne sais pas si et quand j'aurai une autre expérience comme celle-ci. Je voudrais conclure en exprimant mon admiration et mon amour pour Nil et Marie pour avoir créé cette opportunité incroyable et cette expérience qui peut changer une vie.