BLOG

PREMIER PAYS DES BALKANS : RANDONNER EN SLOVÉNIE

January 18, 2019

HIKING IN SLOVENIA - 1 month hiking in this amazing country

 

Evidemment les 18 passages de frontière resteront tous gravés dans notre mémoire pour toujours. Chacun était différent, chacun était chargé d’émotions qui lui sont propres. Nous avons passé certaines frontières en regrettant déjà de ne pas passer plus de temps dans le pays que l’on quittait, d’autres gonflés d’excitation de découvrir le suivant. Nous avons quitté l’Espagne plein du réconfort que rentrer chez soi peut procurer, puis nous avons quitté la France en sachant que nous nous lancions inévitablement dans ce qui serait sans doute la plus dure épreuve du voyage.

 

Téléchargez notre itinéraire GPX en Slovénie

 

Vous vous souvenez peut-être que nos derniers jours en Italie et notre ascension jusqu’au Sella Prevala ont été épiques. Les Alpes ne se sont pas laissées traverser sans un bouquet final. Mais ça y était. Nous étions sur ce col frontière venteux et enneigé et dans notre tête se bousculait tout ce que nous ne pouvions qu’imaginer de la suite. Nouvelle langue, autre culture, paysages différents, cuisine inconnue… Après plus de 8 mois à traverser l'Europe à pied, nous étions à la porte des Balkans, nous entrions en ex-Yougoslavie, nous arrivions en Slovénie !

 

 

 

Petit pays

 

L’un comme l’autre, c’est probablement la première fois que nous visitions un si petit pays. Pour vous donner un ordre d’idée, il y a autant d’habitants en Slovénie que dans Paris intra muros, sur une superficie comparable à celle de la Picardie. Quand on sait que 60% du territoire est couvert par de la forêt, on comprend que l’espace habitable est restreint. Ce qui explique sans doute qu’il nous est arrivé plusieurs fois de rencontrer quelqu’un qui connaissait d’autres personnes que nous avions rencontré ailleurs dans le pays. C’est, pour nous Parisiens, quelque chose de hautement improbable.

 

 

 

Au naturel

 

Ce petit territoire n’en est pas moins un terrain de jeu varié pour des amoureux de la nature comme nous : montagnes abruptes, rivières cristallines, lacs pittoresques et forêts enchantées…

 

Pour nous accueillir, la rivière Soča avait sorti le grand jeu. La tempête que nous avions essuyée en Italie avait aussi frappé le nord-ouest de la Slovénie et tous les courts d’eau avaient rarement été si pleins, de mémoire de Slovène. La mythique Soča avait conservé sa couleur turquoise et les nombreuses cascades alentours nous ont laissé bouche bée et trempés de la tête aux pieds.

 

 

 

Nous l’ignorions mais la Slovénie regorge de grottes et de lacs souterrains, en particulier, la région de la Carniole Intérieure, à l’ouest du pays. L’humidité ambiante qui ne nous a pas quittée du mois donnait à cette région un charme tout particulier.

 

 

 

Plus particulièrement, nous avons eu la chance de pouvoir visiter la grotte Krizna. Une merveille souterraine, incroyablement préservée. On a adoré le fait que la grotte soit conservée le plus naturellement possible. Le nombre de visites est limité et l’aménagement est simple et brut afin de respecter l’équilibre fragile de cet endroit.

 

 

 

Nos pas nous ont mené sur les rives de deux lacs hors du commun. L'incontournable et photogénique lac de Bled n’a pas failli à ses allures de carte postale. Celui de Cerknica est connu pour être le plus grand lac intermittent d’Europe. Ne vous sentez pas bête, on n’en savait pas plus que vous la première qu’on nous a parlé d’un lac intermittent. De quelques mares en été, il atteint une surface de 38 km2 en hiver, l’eau circule par des trous dans le sol et le sous-sol.

 

 

 

Les forêts slovènes sont connues pour abriter une large population d’ours. Oui, sur un territoire 31 fois plus petit que la France vivent 20 fois plus d’ours. Et tout va bien… Nous n’en avons pas vu, mais notre route dans les Balkans est loin d’être terminée !

 

 

Une capitale oui, mais piétonne

 

Vous commencez à nous connaître, visiter les grandes villes, ce n’est pas franchement notre tasse de thé. Pourtant, à l’approche de Ljubljana, on s’est laissés tenter. Ou plutôt, on a voulu s’assurer que Paul, notre treizième invité, retrouve bien le chemin de l’aéroport et on a fait ce dernier bout de chemin avec lui. On n’a pas franchement regretté ce détour parce que Ljubljana est une ville très chouette, au centre piéton et très mignon.

 

 

 

La leçon de détermination

 

Paul et Marie sont amis depuis l’adolescence. Quand il nous a annoncé qu’il voulait nous rejoindre et qu’il rêvait de découvrir la Slovénie, nous étions tous les trois très excités. Paul n’avait pas entrepris tellement de voyages et encore moins de randonnées au cours des 10 dernières années, après qu’il ait eu un grave accident de voiture. On ne savait pas exactement comment allait se passer le séjour de Paul, ce que nous pourrions faire ou pas ni à quel rythme nous allions avancer. Nous avions prévu un programme modeste que nous avons dû revoir à la hausse tellement Paul était déterminé à aller chaque jour un peu plus loin, à marcher un peu plus vite. Sa soif de découverte et son envie de se dépasser l’ont transcendé et nous ont impressionné. Une cascade ? Il se baignait dedans ! Un lac ? Il le traversait à la rame ! Une montagne ? Il la grimpait d’une traite !

 

Lire la création de Paul 

 

 

Les rencontres

 

D’autres rencontres ont marqué notre traversée de la Slovénie. Après avoir passé la frontière, nous sommes arrivés dans le village de Bovec où nous sommes rapidement devenus amis avec Anja qui a largement contribué à nous faire découvrir les alentours de la Soča.

 

 

 

Nous avons vite réalisé qu’en Slovénie, tout le monde parle anglais ! Nous qui étions un peu inquiets de voir comment nous allions nous débrouiller avec les langues slaves, venions d’obtenir un sursis. La maîtrise de l’anglais des Slovènes, à tous les âges et de toutes les catégories socio-professionnelles que nous avons rencontré, ont réellement de quoi faire rougir le système éducatif français.

 

Quelques kilomètres avant d’atteindre la frontière croate, nous avons fait une ultime rencontre hors du commun. Par une journée pluvieuse, nous cherchions une chambre pas chère pour sécher et travailler. On l’a trouvée sur internet mais dès que nous sommes arrivés, nous avons réalisé que nous avions trouvé bien plus. Une auberge de jeunesse hors du commun, une association culturelle, un lieu de vie, un artiste, un ami… On ne vous en dit pas plus, Beno s’en charge :

 

 

Nous avons finalement passé en Slovénie beaucoup plus de temps que prévu, parce que nous nous y sentions bien et que nous sentions qu’il y avait beaucoup à découvrir ici. Nous y avons trouvé des gens ouverts et accueillants, une nature débordante et des sentiers extraordinairement propres ! 1KG FOR THE PLANET n’a pas eu trop de boulot pendant notre mois en Slovénie, ici la propreté et le respect de la nature semblent être l’affaire de tous et on s’en réjouit !

 

En Slovénie, on y retournera, c’est sûr ! Ne serait-ce que pour revoir nos amis et aller voir le Triglav d’un peu plus près.

 

A très vite!

Marie & Nil

 

 

Lire l'article précédent : 3 mois de randonnée dans les Alpes italiennnes

Découvrez nos Astuces de voyageurs

 

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on LinkedIn
Please reload