BLOG

RANDONNÉE ULTRALIGHT : 8 CRITÈRES POUR BIEN CHOISIR SON MATÉRIEL PHOTO

November 16, 2017

Si comme nous, vous souhaitez donner beaucoup d'importance à la photo lors de votre randonnée, ou randonnée ultralight, il y a sans doute quelques questions que vous devriez vous poser avant de vous lancer dans l'achat de matériel cher.

 

Reflex pro, semi-pro, Hybrides, Compacts... De nos jours, l’offre sur le marché de la photographie est vertigineuse et il est souvent difficile de s’y retrouver !

 

De quel genre de boitier avez-vous besoin ? Vous faut-il des objectifs ? Lesquels ?

L’offre est gigantesque mais vos besoins, eux, sont souvent bien définis, alors ne vous perdez pas.

 

Si vous voyagez à pied ou randonnez ultralight pour des semaines voire des mois, cette aventure sera probablement un bouleversement positif et sans aucun doute un épisode de votre vie dont vous serez heureux d’avoir des traces.

 

Avant d'investir dans du matériel photo coûteux, définissez vos besoins et vos contraintes.

 

Ici, mon objectif ne sera pas de vous convaincre d'investir dans tel ou tel appareil photo, mais de vous aider à vous poser les bonnes questions et à répondre à tous les critères importants pour choisir votre matériel photo pour la randonnée. Pour servir d'exemple, je partagerai avec vous les questions que nous avions en tête en sélectionnant l'équipement pour nos travaux photographiques.

 

Bientôt ​nous partagerons avec vous tout les éléments de notre page matériel

 

 

 


Reflex, Compact, Hybride...? Une petite vulgarisation s’impose !
 
Compact

 

L’appareil photo Compact se caractérise par ses petites dimensions. L’objectif est non démontable et se rétracte dans le boîtier lorsque l’appareil s’éteint. La capacité du zoom peut aller de 3x à plus de 10x.


Il est possible de régler manuellement l’exposition, en revanche la mise au point est forcément automatique, il n’a pas de bague de mise au point du fait de son objectif rétractable.

 

 

Le Compact est l’appareil photo pour débutant mais aussi pour les plus soucieux du poids. Son petit format en fait un appareil très pratique et les modes automatiques rendent l’utilisation très simple en beaucoup de circonstances. Ces appareils peuvent offrir de superbes résultats pour un usage courant en photographie. Certains Compacts experts sont même, disons-le, excellents.



L’Hybride

 

La caméra hybride est un compact avec un capteur plus grand capable de recevoir des objectifs interchangeables. Il reprend le format de Compact souvent petit, mais aussi inspiré par le Reflex et son système de lentilles modulaires: qualité des lentilles, grande ouverture, profondeur de champ ...

 

L'Hybrid fonctionne comme un Compact: facilité d'utilisation, viseur électronique, autofocus avec mesure de contraste.

 

Les lentilles sont souvent interchangeables mais n'ont pas de viseur optique. Chaque marque a son parc d'objectifs dédié uniquement compatible avec les boîtiers de la marque, ce qui peut être assez contraignant. Mais les parcs de lentilles hybrides se développent, offrant ainsi de plus en plus de choix. Rappelons que pour les hybrides au capteur 4/3 les montures entre les marques sont interchangeables ce qui constitue une vraie révolution.

 

La catégorie hybride est celle dans laquelle nous avons sélectionné le grand gagnant pour cette aventure. 🙂

 

Le Reflex ou DSLR (Digital Single Lense Reflex)

 

La différence de l’appareil photo Reflex par rapport aux Compacts et aux Hybrides est la visée directe de l’objectif. Un miroir, placé devant le capteur, renvoie la lumière captée par l’objectif vers l’oeil. Lorsque l’on appuie sur le déclencheur, le miroir se relève et laisse passer la lumière jusqu’au capteur, c’est ce “clac” que l’on entend.

 

Contrairement aux Compacts et aux Hybrides sur lesquels on peut visualiser sa prise de vue sur un écran, forcément “subjectif”, le viseur du Reflex, lui, nous montre simplement la réalité via un miroir.


Ici aussi, l’objectif est interchangeable, ce qui permet d’adapter l’appareil aux besoins particuliers d’un type de photo. Le capteur est beaucoup plus grand que dans un Compact ou un hybride, ce qui permet une plus grande qualité d’image et des possibilités accrues la nuit ou par faible luminosité.

 

Tous les réglages peuvent être pilotés manuellement, ce qui offre une grande liberté dans de nombreuses situations. 

 

Autre avantage, en particulier pour le voyage, en débit du poids, les Reflex sont en général construits dans des matériaux solides.

 

Mais les reflexs sont....souvent très lourds...

 

 


 

Maintenant que nous parlons le même langage,

voici d’après moi les 8 facteurs essentiels à prendre en compte

pour trouver votre boitier idéal :

 


1. Robustesse

 

La robustesse du matériel est un critère clé dans le cadre de toute activité outdoor. On a souvent un peu peur d'avoir un Reflex pour compagnon dans ce genre d'aventure, pourtant, si les Reflex pro sont toujours utilisés par plus de 90% des photo reporters, c’est aussi pour leur solidité. Aujourd’hui, de nombreux fabricants proposent des boîtiers avec de très bonnes normes d'étanchéité et de solidité. 

 

 

Les questions à se poser :
 

Quelles seront les conditions d’utilisation ?
Le boitier sera-t-il en permanence dans un sac de randonnée ou protégé dans un bon sac photo ? 
Ferez-vous face à des climats difficiles ? 
En ferez-vous une utilisation intensive journalière ? 
Votre matériel a-t-il réellement besoin d’être tout terrain ?

 

 

Comment s’équiper ?
 

Ne négligez pas l’importance de la robustesse de votre matériel, il est essentiel que vous ayez confiance en lui !
Pour les Hybrides et Compacts, il existe des normes officielles notamment en termes d’étanchéité et de solidité, renseignez-vous avant de faire votre choix. Sur de nombreux sites, des comparateurs peuvent vous orienter dans ce dédale de normes aux noms barbares.
Dans le cas des Reflex, à prix équivalent, il vaut parfois mieux opter pour un ancien modèle professionnel, souvent plus solide, que de vouloir absolument s'équiper du dernier modèle sur des milieux de gamme plus récents.
Avant de vous décider, il est intéressant de regarder aussi les accessoires de protection que l’on peut trouver pour un boitier donné.

 

 

Dans notre cas :
 

Pour réaliser une randonnée ultralight longue distance de plus d'un an, nous savons qu'il sera essentiel pour nous d'avoir des équipements solides, éprouvés, durables, stables et suffisamment en place sur le marché pour bénéficier d'un service après-vente performant. Si le nouveau Olympus OMD Em1 MKII a suscité autant d'attention de notre part, c'est aussi grâce à sa capacité à résister aux intempéries!

 

 


2. Les sujets photographiés 

 

Il peut être très frustrant de manquer d’un grand angle pour photographier un paysage ou au contraire de ne pas pouvoir prendre en photos des gens que vous croisez sans vous approcher à moins de deux mètres. Alors, choisir vos objectifs sera crucial. C’est une des limites du Compact : l’objectif n’étant pas interchangeable. Dans une certaine mesure l’Hybride offre plus de liberté mais avouons le c’est surtout l’un des avantages majeurs des Reflex : la taille du parc optique. Si vous optez pour un Reflex les possibilités seront immenses.

 

 

Les questions à se poser :


Que souhaitez-vous photographier ? 
Êtes-vous plutôt axé portraits, sport ou souhaitez-vous vous équiper pour du paysage ? Peut-être un peu de tout ? 
Et la nuit ?

 

 

Mon astuce :
 

Si la gamme d’objectifs proposée par le constructeur de votre boitier vous paraît trop restreinte, regardez aussi chez d’autres constructeurs du style Sigma ou Tamron ou encore du côté des bagues d’adaptations. Elles permettent d’interchanger les montures entre les différentes marques, vous pourrez par exemple monter une vieille optique Nikon sur un boitier Canon. Ces bagues sont parfois pourvues d’une puce électronique pour le focus et peuvent alors présenter de bonnes alternatives, voire carrément combler des manques de vos objectifs.

 

 

Dans notre cas :
 

Dans nos images, nous aimons mêler les portraits aux paysages et aux scènes de vie. En vidéo nous utilisons majoritairement les focales fixes avec de grandes ouvertures, mais dans le cadre de l'outdoor il est intéressant de posséder a la fois un bon zoom, pas forcément lourd et lumineux parallèlement à un objectif tout usage avec une ouverture la plus grande possible notamment pour faire face a des conditions lumineuses plus faibles.

 

 

Petit aparté sur les Reflex :
 

Il existe deux tailles de capteurs : 

  • Les plein formats, qui sont de la même taille que les habituelles pellicules 35mm (24x36)

  • Les APS-C (Advanced Photo System type C) 25x16

Chacune de ces tailles présente des avantages : si les grands capteurs sont gage de qualité, les APS-C ont un coefficient de zoom plus important tout en étant moins encombrants.


Pour faire de la photographie animalière ou sportive par exemple, il peut s’avérer judicieux de vous tourner vers un APS-C. Dotés d’un capteur d’une surface réduite, l’image est “cropée” : la longueur focale est multipliée (entre x1.4 et x1.6 en fonction des fabricants). 
Exemple : un objectif 200mm sur un APS-C équivaut à un 300mm sur un plein format. Evidemment, ces deux optiques n’auront pas le même prix.

 

 

 

3. Qualité d’image

 

Plusieurs facteurs indissociables participent à la magie qui fait d'une image numérique ce qu'elle est.

Le nombre de mégapixels correspond au nombre de pixels sur le capteur, et de fait à la résolution de l’image mais d’autres éléments sont à prendre en compte comme la taille du capteur, la qualité des optiques, le processeur de l’appareil...
 

Vous l'aurez compris, les mégapixels ne veulent pas tout dire. On trouve des téléphones portables avec autant de mégapixels que des appareils pro, pourtant la différence est encore très nette. 

 

 

Les questions à se poser :
 

Quel sera le support de diffusion de vos images ? 
Avez-vous besoin de tirer vos images en grand format ou au contraire sont elles destinées à un écran ? 
Faites-vous beaucoup d’image la nuit ou avec de faibles luminosités ?
Travaillez-vous souvent avec de grandes ouvertures (beaucoup de flou) ? 

 

Megapixels ? Taille du capteur ? Processeur ? Difficile de comprendre parfois ce qui fait la qualité des images d’un appareil. Voici en quelques lignes ce qui pourrait tout aussi bien être expliqué en plusieurs pages.

 

 

Le capteur est le remplaçant de la pellicule. Il restitue la lumière en image et fonctionne sur le même principe. Le capteur est constitué de cellules photovoltaïques qui mesurent l'intensité de la lumière et sa couleur. Cette intensité lumineuse est ensuite transformée en courant électrique. Chaque point du capteur qui compose une partie d'un pixel enregistre l'intensité lumineuse et produit une image. Un pixel est donc constitué de plusieurs cellules voltaïques, dites photosites. Ainsi, à nombre de pixels égal, les photosites auront moins de place et seront plus petits sur un petit capteur que sur un capteur plein format. 

 

Plus les photosites sont serrés, plus ils engendrent des interférences électriques qui se nuisent les unes les autres. Ces interférences peuvent provoquer du "bruit" numérique sur les photos, autrement dit, l'apparition de minuscules points plus ou moins colorés. Les photosites de plus petite taille reçoivent aussi moins de lumière du fait de leur surface restreinte, ce qui entraîne une chute de qualité drastique à mesure que la luminosité baisse. C’est pourquoi les grands capteurs sont beaucoup plus performants de nuit.

 

 

 

En complément du nombre de pixels et de la taille du capteur, c’est aussi le processeur qui va jouer un rôle clé dans le processus de restitution d’image en effectuant un traitement sur la photo a posteriori.

 

 

Comment s’équiper ?


Tout dépend de vos besoins et de votre budget. Vous l’aurez compris à ce stade de l’article, tous ces facteurs de choix sont interdépendants. Pensez à un ensemble équilibré, qui répond à vos besoins les plus courants sans vous limiter pour le reste. Vos équipements doivent tirer le meilleur parti les uns des autres.


Monter un mauvais objectif sur un 50 megapixel ne vous amènera pas très loin…

En haut de l’échelle, l’appareil photo qui offre les meilleurs résultats combine : des composants optiques de grande qualité, un bon capteur pour un maximum de capture de lumière, un nombre suffisant de pixels pour capturer tous les détails d’une image et qui intègre un traitement d’image de pointe via le processeur.

 

 

Mes astuces :

 

  • Si vous avez un budget et/ou un poids limité, analysez vos besoins en terme de qualité d’image et de support final pour faire les meilleurs choix et ne pas vous surcharger ou vous ruiner inutilement dans votre matériel photo. 

  • Essayez le matériel, projetez-vous avec dans des conditions réelles

  • N'espérez pas faire de photos de nuit avec des petits capteurs et faire une exposition avec vos images à votre retour :) Il faut trouver la bonne balance

 

 

Dans notre cas :


Étant photographe depuis une petite dizaine d’années, je travaille d’habitude avec des Reflex. Pouvoir faire de grands tirages de mes images est une priorité j’avais donc besoin de travailler avec une résolution d’au moins 20 mégapixels, avec la meilleure qualité possible. De plus, nous ne faisons pas énormément de photo la nuit mais voulions quand même être en mesure de faire des photos le soir sans trop avoir de “bruit” sur nos photos.

 


4. Vidéo

 

Dans cet article nous ne parlerons pas des caméras mais bien des appareils photo polyvalents. Certains d’entre vous cherchent certainement, comme nous, à pouvoir faire aussi bien des photos et des vidéos lors de leurs aventure et ce avec un seul et même appareil. 


Les standards de vidéos sont en constante évolution, et notre oeil, souvent critique et exigeant, s’attend à de plus en plus de qualité.


Qui dit vidéo dit autre dimension, problématiques différentes, postproduction délicate... Faire de la vidéo reste un réel challenge si l’on veut produire un contenu de qualité. 

 

 

Les questions à se poser :


Souhaitez-vous faire aussi de la vidéo ?
Quelle qualité visez-vous?
Quels seront vos support de diffusion ? 
Avez-vous besoin d’une stabilisation ? Mécanique ou numérique ? 
Quelles seront les conditions de tournage ? 
Souhaitez-vous étalonner vos rushs ? 
Quels sont vos besoins en termes de mouvement, traveling, etc ? 
Allez-vous faire du montage en route ou une fois rentré ?

 

 

Comment s’équiper ?


Il est aujourd’hui possible avec le matériel contenu dans un sac à dos de tourner des images qui auraient demandé le travail de dizaines de professionnels il y a encore quelques années. Ces évolutions techniques nous permettent de partager du contenu riche, vivant et parfois inédit. 

 

Sont arrivés sur le marché de la photographie, quelques modèles d’appareils photo dont les capacités vidéo ont fait les lettres de noblesses. La liste est assez longue mais si, comme nous, vous cherchez à produire de belles vidéos, regardez du côté de ceux-ci, Olympus E-M1 MARK II, Panasonic GH5,  Sony A7SII, Canon EOS 5D  5D MKIII, Fuji X-T2,ou le Leica Sl pour ceux qui aiment flamber :p

Les études ont été longues avant de nous fixer sur l'Olympus. C'est après une fine analyse de nombreux tests, et forums, que nous nous sommes décidés et nous n'en regrettons pas une miette !!

 

Pensez polyvalence et étudiez encore une fois vos besoins. On parle de randonnée ultralight, il est important de revoir certaines exigences a la baisse.  Aujourd’hui, il est possible de tourner des images correctes avec trois fois rien. Bon nombre de superbes vidéos ont été tournées avec des smartphones. Ces films ont même des festivals dédiés aux quatre coins de la planète ! 
 
Pour plus de polyvalence et avec des poids relativement faibles, il peut être intéressant d’ajouter à votre kit une Action Cam ou un drone. 
Beaucoup de trekkeurs combinent un téléphone et une Action Cam et se passent d’un appareil photo…

 

Certaines des caméras d'action les plus récentes sur le marché ont une excellente stabilisation Nous aimon sla  la Garmin Virb 30 pour ça et son une image plus réaliste et moins contrastée. La plage dynamique de la Garmin Virb 30 est également un grand avantage.

 

 

Du côté des drones, s’il a longtemps été impossible de tourner de belles vidéos sans se charger d’un drone beaucoup trop lourd et encombrant lors de randonnée itinérante, 2017 a été l’année de la sortie de produits incroyables comme le mini drone intelligent Spark de DJI. Le Spark pèse quelques 300 grammes et les possibilités qu’il offre sont à couper le souffle !

 

 

 

Dans notre cas :

Aussi important que la photo pour nous, le tournage de vidéos sans nous encombrer un appareil photo supplémentaire était primordial mais nous ne voulions pas faire de compromis sur la qualité. Nous cherchions donc un appareil  aussi efficace pour la vidéo que pour la photographie. Pour les mouvements de caméra, nous allons nous équiper d'un  Shoulder Rig très léger et repliable que nous modifierons et qui peut également être utilisé comme un trépied. L'un des plus grands aspects de l'Olympus OMD EM1 mkii est sa stabilisation interne divine et c'est une des raisons pour laquelle nous avons choisis ce boitier en particulier!

 

Une steady cam ? Pour quoi faire ?

En utilisant cet appareil, nous obtiendrons des plans bien assez stables.

 

Pour être honnêtes, nous ne sommes toujours pas sûrs de prendre le shoulder rig mais nous pensons qu'il est nécessaire d'en prendre un pour bien des appareils. Le Neewer spider, entre anecdote chinoise et petite merveille est disponible pour pas cher sur Amazon, et avec un minimum de travail, vous pouvez vraiment l'alléger, le rendre plus petit, changer les tubes pour du carbone, etc.

 

 

Par ailleurs, pour ajouter du dynamisme et parce qu’il sera parfois difficile de tourner des images dans certaines situations, notamment lors de passages dangereux, ou de climats défavorables, nous avons décidé d’embarquer avec nous une Garmin virb, le modèle n’est pas encore défini.


Enfin, car nous pensons qu’il sera fantastique sur un parcours comme le nôtre de pouvoir capturer vu du ciel la richesse des paysages que nous allons traverser, nous allons embarquer avec nous un Drone DJI Spark. C’est une expérience inédite !

 

Nous reviendrons plus en détails sur les aspects liés à la vidéo dans un prochain article.

 


5. Poids

 

Ah... Le poids ! Un point clé pourtant si difficile à conjuguer avec les autres facteurs. Légèreté, robustesse et qualité font rarement bon ménage.

 

VS

 

Les questions à se poser :


Partez-vous pour un trek d’une semaine ou pour une aventure qui durera plusieurs mois ? 
Quelles sont vos capacités de portage ? 
Êtes-vous seul? 
Êtes-vous prêt à faire des concessions sur le reste de votre équipement ?

 

 

Comment s’équiper ?


Soyez raisonnable sur le poids du matériel que vous embarquez ! Avez-vous déjà goûté au plaisir de randonner léger ? Il est sans équivoque ! 

 

Dans le cas d’une randonnée de plusieurs jours, si votre objectif est aussi photographique que sportif, vous pouvez être tentés d’embarquer plus de matériel qu’il n’en faut. Ce serait certainement une grave erreur. Vous surcharger en plus d’être traumatisant pour votre corps, vous ralentira et finira certainement par vous dégoûter de la randonnée. 

 

 

Dans notre cas :


Avec Deux Pas Vers l’Autre, nous attachons énormément d’importance au contenu photo et vidéo. Nous allons faire énormément de concessions sur notre équipement outdoor, vêtements, matériel de camping, qui sera de fait, minimaliste. Notre équipement photo et vidéo total devrait représenter entre 8 et 9 kilos… 

 

 

6. Prix

 

On peut s’équiper pour quelques centaines d’euros ou plusieurs millers… choisissez votre poison.

 

 

Les questions à se poser :


Quels sont vos moyens ? 
Pouvez-vous être amené à casser votre matériel ? Vous le faire voler ? 
Achetez-vous du matériel que vous savez ne pas perdre de valeur trop vite ? 
Le matériel est-il trouvable d’occasion ? Reconditionné ? 

 

 

Dans notre cas :


Comme il est difficile d’imaginer avoir un parfait contrôle sur l’état de notre matériel durant cette aventure, nous ne voulions pas investir dans du matériel trop cher risquant de toute façon de multiplier les convoitises.

 

 


7. Autonomie des batteries

 

Dans la plupart des situations, l’autonomie des batteries de vos équipements n’est pas un réel facteur déterminant. Dans le cas de rando itinérante, où l'accès à l'électricité peut être rare et le poids des batteries un handicap, cela devient un vrai sujet.

 

 


Les questions à se poser :


Quelle est la consommation des appareils que vous embarquez et leur autonomie ? 
Aurez-vous toujours accès à l'électricité ? 
Les appareils se rechargent-t-ils en usb ? Et avec une batterie externe ? Un chargeur solaire ?

 

 

Comment s’équiper ?


C’est un paramètre que je vous conseille de vraiment étudier si vous êtes amené à tenir une chronique ou vous astreignez à un partage de média fréquent.


Les appareils Compacts sont légers mais ils consomment souvent beaucoup d’énergie (écran, etc). De plus, leurs batteries sont souvent petites et les recharges sont de fait plus compliquées. Un peu comme les voitures, moins il y a d'électronique, moins il y a de risque d’avoir de problèmes de batteries. Un appareil Reflex a cet avantage de ne pas avoir besoin d'écran pour que vous visualisiez votre image d'où la plus faible consommation électrique.

 

Concernant les batteries externes, il s’agit aussi d’un marché en plein essor. Vous y retrouver dans les différentes normes n’est pas chose facile. N'hésitez pas à faire des comparatifs en étudiant la capacité, le nombre de watts maximum (si vous devez recharger des appareils type ordinateur portable), le temps de charge de la batterie, son poids…

 

 

Mon astuce :


Je me dis souvent qu’il faut gérer les recharges de batteries comme les approvisionnements en eau :) Vous ne voulez pas manquer de batterie en arrivant sur un sommet pour le coucher du soleil.

 

 

Dans notre cas :


Avec une itinérance constante nous voulions être sûrs de ne jamais manquer de batterie et opter pour la solution la moins contraignante. Les Reflex consomment souvent moins de batteries. Nous avons de quoi tenir une petite semaine en faisant attention car nous savons que rares sont les refuges d’altitude où l'électricité est disponible, surtout si vous n’y passez pas la nuit.


De plus, nous nous arrangeons pour que tous nos appareils puissent se charger en usb, ordinateur compris et utilisons un chargeur multiple rapide ce qui nous permet de centraliser les recharges et de gagner un temps et un poids précieux.

 

 

8. Traitement des fichiers 

 

Dans le cas de longs séjours, voire très longs, dans notre cas, la traversée de l'Europe... vient aussi toute la problématique du traitement des fichiers.


Selon le besoin d'instantanéité de votre projet, vous pouvez avoir besoin d’un ordinateur ou d’une tablette. Il faut alors voir l’ensemble de l'équipement comme une chaîne qui doit être parfaitement huilée. Un ordinateur répondant aux mêmes critères que votre matériel, légèreté, robustesse, qualité (puissance), SAV, basse consommation… votre système doit être sans faille, vos logiciels doivent fonctionner parfaitement, et le tout doit être protégé.

 

 


Les questions à se poser :


Devez-vous développer vos images et éditer vos vidéos on the go ? 
Avez-vous des délais à respecter pour vos photo reportages ou vidéos ? 
Pouvez-vous tout éditer au retour ? 
Vos équipements sont-ils tous bien compatibles entre eux ?

 


Comment s’équiper ?


Quelques modèles de portables s’imposent, bien sûr les Macbook Pro 15 pouces mais aussi le Gigabyte Aero 15, le Dell XPS 15 et le Razor Blade 2017.

 

Je vous déconseille catégoriquement de vous encombrer d’un ordinateur si vos besoins ne vous y obligent pas, et ce, même dans le cas de longs séjours. Si vous n’avez pas à traiter de vidéo HD, de nombreuses solutions alternatives telles que les hybrides ou les tablettes sont envisageables, ceux-ci offrant souvent largement assez de puissance et disposant d’un bon écran pour travailler.

 

 

Si vous êtes à la recherche d’une post-production travaillée, un ordinateur s’averera alors plus pratique. Les tablettes, bien que fonctionnelles, restent d’une puissance bien moindre et les softwares dédiés ne sont pas assez développés pour de lourdes opérations.

 

Enfin, vous devrez réfléchir au stockage des données, aux potentiels envois à des amis pour vider vos disques durs ou clés usb. En fonction du poids de vos médias et de votre organisation, vous étudierez le ratio prix/poids/capacité sans oublier bien sûr la vitesse de transfert qui risquerait si trop lente, de vous empêcher de travailler depuis vos disques externes ou de vous faire gaspiller un temps précieux d’autonomie de la machine.

 

 

Mon astuce :


Établissez un workflow sans faille avant le départ. Préparez des nomenclatures, rangez vos médias, étiquetez vos supports de stockage… Organisez-vous !

 

 

Dans notre cas :


Si comme nous vous devez éditer des vidéos et rushs en 4K en effectuant des opérations d’étalonnage ou des animations sur After Effects pendant le voyage, vous l’aurez compris, vous devrez vous charger d’un ordinateur puissant. Nous avons opté pour un 15 pouces avec une parfaite restitution des couleurs, une bonne autonomie, une connectique moderne permettant des transferts rapides, un bon SAV et une solidité éprouvée. 

 

Pour les solutions de stockage, nous ne sommes pas encore décidés mais étudions de près les SSD, clés usb, cartes mémoires…. Tout est possible, c’est une réflexion difficile mais nous voulons que nos données soient en sécurité, impossible d’envoyer un disque dur sans faire de sauvegarde préalable. Nous updaterons l’article pour vous tenir au courant de nos choix.

 

Ces impératifs sont les nôtres et il est important de noter que chaque projet a des nécessités qui lui sont propres.

 

Que vous partiez 3 jours ou un an, que vous cherchiez à alimenter un blog ou à tirer vos photos grand format pour des expositions, vos besoins sont différents et les problématiques qui en découlent le seront aussi. Dans tous les cas, le temps passé à faire une étude de marché approfondie vous évitera certainement beaucoup de cheveux blancs et pourra répondre à toutes les questions.

 

Si vous en avez l’occasion, testez le matériel. Les occasions peuvent être plus ou moins rares en fonction de votre lieu de vie mais si vous en avez la possibilité, faites-le !

 

Vous ne trouverez pas toujours toutes les informations dans les notices des constructeurs. Lors de vos recherches, allez voir un peu les informations alternatives, les “hacks” et astuces qui permettent souvent de tirer le meilleur de vos appareils. YouTube est une mine d’or pour tout ce genre d’informations.

 

La quantité de sites web proposant des tests de matériels est astronomique, ne vous découragez pas, lisez et sachez lire entre les lignes. Multipliez les sources et recoupez les informations, s’arrêter à un seul bon test serait une erreur, au besoin cherchez dans d’autres langues, et n'hésitez pas à laisser Google traduire, bien qu’imparfaite la traduction dégagera les informations clés d’un article.

 

Enfin, renseignez-vous sur les accessoires disponibles, il peut être judicieux d’opter pour un appareil pour lequel des fabricants proposent des accessoires polyvalents ou de bonnes protections.

 

En espérant que cela vous aide à faire les meilleurs choix !  :)


Nil

 

 

Découvrez nos astuces de voyageurs

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on LinkedIn
Please reload