BLOG

CE QUE VOUS NE SAVIEZ PAS SUR LA ROTA VICENTINA

March 4, 2018

Au commencement de la préparation de notre traversée de l'Europe, nous pensions que la Rota Vicentina était un ensemble de sentiers de randonnée dans le sud du Portugal.

 

 

Nous réalisons maintenant à quel point nous étions loin de la réalité.

 

La Rota Vicentina, tout comme la Via Dinarica et la Via Alpina, faisait partie des organisations incontournables que nous voulions impliquer dans notre projet. On se souviendra longtemps de notre premier contact avec eux, un coup de téléphone, une bouteille à la mer, suivie d’une réponse enjouée, accueillante et intéressée par le projet Deux Pas Vers l’Autre. Pendant une recherche de sponsors et de partenaires, un tel accueil vaut de l’or pour le moral des troupes !

 

Vous l'aurez donc compris, notre voyage a commencé au Portugal par la découverte de l’Algarve et de l’Alentejo via les sentiers de la Rota Vicentina. L’association officiellement créée en 2013 a une double mission : protéger les ressources naturelles de cette région tout en faisant la promotion du tourisme de nature de la côte Alentéjane et Vicentine. Via la création et l’entretien de sentiers de randonnée le long de la côte et dans les terres, l’association entend attirer un tourisme responsable et respectueux de l’environnement. En nouant des partenariats avec les professionnels de l'hôtellerie et de la culture de la région, elle complète l’offre touristique pour une expérience complète et variée. C’est une invitation à un voyage plus profond, sans artifice, et notamment autour de quelque chose qui nous passionne : la marche.

 

Découvrez notre Journal de Bord n°1 about the 200 first kilometers of our journey

 

 

 

 

Deux itinéraires principaux s’offrent aux randonneurs du nord au sud : le sentier des pêcheurs le long de la côte et le sentier historique qui serpente dans la partie plus rurale. Pour des sorties à la journée, des parcours circulaires complètent les deux premiers, permettant de revenir à son point de départ et donc de vivre une expérience plus sédentaire. Autant vous dire qu’en bons nomades que nous sommes, on ne les a pas vraiment testés :) En tout, 450km de sentiers dont on a parcouru près de la moitié pour démarrer notre aventure. On a adoré découvrir ces deux régions au rythme de nos pas et de la culture de ce pays magique.

 

Aurions-nous pu choisir un meilleur départ ?

 

L’énorme surprise de notre arrivée sur les sentiers de la Rota Vicentina a été de constater à quel point tout cela allait bien plus loin qu’un réseau de sentiers, c'est avant tout un fantastique réseau humain et humaniste. Salariés et volontaires mettent toute leur passion (et beaucoup de leur temps) dans cette activité. Entretien des sentiers, communication, élaboration de partenariats, développement de l’offre touristique, collecte de déchets… pas de quoi chômer !

 

 

Du Cap Saint-Vincent à Santiago do Cacém

 

L’aventure a commencé au Cabo de São Vicente dans la commune de Sagres. Géographiquement, c’est la pointe sud-ouest de l’Europe, un symbole fort pour marquer les premiers pas d’une très longue série. Au-delà du symbole nous y avons surtout trouvé une nature indomptée et indomptable. Le vent, la mer et les falaises y dansent sans jamais faiblir.

 

 

Au bout d’une unique route rectiligne, un vieux monastère blanc et son phare rouge datant du XIXème siècle tranchent avec le bleu omniprésent. Le phare du Cap Saint-Vincent, l’un des plus puissants d’Europe, marquera le départ de notre voyage à pied, comme il a marqué celui de grands explorateurs.

 

Nos cinq premiers jours ont oscillé entre chemins côtiers et parcours ruraux, les 100 premiers kilomètres entre Sagres et Zambujeira do Mar étant communs au Sentier des Pêcheurs et au Chemin Historique. Une belle entrée en matière pour découvrir le Portugal !

 

Nos pas nous ont mené dans le petit village de Pedralva à l’histoire atypique. Au coeur d’une région en vogue, l’Algarve, ce petit village était, jusqu’en 2006, totalement abandonné. Un groupe d’amis de Lisbonne a imaginé le projet un peu de retrouver le propriétaire de chacune des maisons pour les racheter une à une et réhabiliter le village. Au cours des rénovations, ils ont eu à coeur de conserver autant que possible le style traditionnel et typique de la région. Et le résultat est plutôt réussi !

 

 

Quelques dizaines de kilomètres plus au nord, nous avons fait une rencontre qui nous marquera pour longtemps. Entre deux tranches de jambon au supermarché d’Aljezur, alors que nous nous préparions à passer notre première nuit sous la tente, Michelle nous aborde “Vous allez où avec gros sacs ? Istanbul ?! Nous aussi on a fait 10 000 km en Europe, mais en vélo. Mais ce soir vous allez où ? Bah vous allez chez moi !”. Quelques mots échangés mais déjà une certaine complicité établie. Arrivés chez eux nous rencontrons Eric son mari et Marylou leur fille. Tous les trois, ils forment Les Kanakys Roulent, une famille de cyclistes voyageurs. En 2010, alors que Marylou avait 5 ans, ils ont sillonné l’Europe à vélo pendant des mois. Quelques années plus tard, les voilà repartis sur la route, Marylou a alors 9 ans. Arrivés près de Rogil au Portugal, ils décident de poser leurs valises. Ils y vivent depuis dans un petit coin de paradis battit de leurs mains en quasi auto-suffisance énergétique et alimentaire.

 

 

 

Le lendemain, Michelle fera la journée de marche avec nous et nous serons rejoints par Dora qui effectue un Service Volontaire Européen au sein de la Rota Vicentina. Nous finirons notre marche du jour dans le sublime petit village d’Odeceixe.

 

 

Nous étions également en bonne compagnie pour la journée suivante puisque c’est Rudolf Muller, l’un des fondateurs de la Rota Vicentina, qui nous a accompagné ! Une journée haute en couleurs en compagnie de ce Suisse “plus Portugais que les Portugais” comme il est décrit ici. C’est surtout un visionnaire, un amoureux de la nature et une mine d’informations que nous avons rencontré. A ses côtés nous avons découvert plus en profondeur la faune et la flore de la région, observé les cigognes qui reviennent dans la région à cette période avant de se reproduire.

 

 

Regardez notre interview de Rudolf Muller !

Sous-titres anglais, français et espagnols disponibles

 

En plus de soutenir notre randonnée ultralight, la Rota Vicentina avait tout de suite adhéré à notre projet 1KG FOR THE PLANET. Ils distribuent nos sacs réutilisables aux randonneurs souhaitant contribuer à l’entretien des sentiers et à la préservation de l’environnement. Nous avons donc été ravis ce jour-là de retrouver une dizaine de volontaires de la Rota Vicentina pour nettoyer une plage. L’accès y est difficile, un petit sentier descend à flanc de falaise, c’est probablement pour cette raison qu’elle n’est pas nettoyée plus souvent. Restes de pique-nique, polystyrène de planches de surf, cordages de pêche… tout y passe ! C’est sûr qu’en plus des 25 km de marche, ça faisait une sacrée journée mais nous l’avons vue comme une manière de rendre un peu à ce pays qui nous a accueilli à bras ouverts !

 

 

Entre Odemira et Sao Luis, nous avons cédé à la tentation de dévier un peu du sentier balisé pour prendre un peu de hauteur. D’après nos cartes, un sentier cyclable montait en haut d’une colline. “D’après nos cartes”. On s’en plutôt retrouvés à peiner dans des broussailles mais au bout du compte, cela valait clairement le coût ! Parfois il faut trouver son propre chemin :)

 

Notre chemin justement, nous a mené à une autre rencontre inoubliable : Dona Odette. Après avoir grandit en Alentejo, Odette est allée vivre à Lisbonne. Ses parents vieillissant elle a décidé de revenir vivre auprès d’eux dans le village de son enfance. Pas réellement un village d’ailleurs, au Portugal on dit un Monte. C’est un regroupement de 4 ou 5 maisons en milieu rural, cette organisation date du Moyen-Age et avait pour but de mettre en commun les ressources et les infrastructures comme ces grands fours, typiques de la région. En revenant chez elle, Odette a décidé de rendre honneur et de partager le patrimoine et les traditions de la région en collectant tous les objets de la vie de tous les jours et du travail agricole datant parfois de plusieurs générations.

 

 

Jusqu’à présent tout semble fantastique, non ? On doit bien vous l’avouer, il y a eu quelques ombres sur ces premiers jours. On citera les ampoules aux pieds de Marie causées par ses semelles orthopédiques mais qui étaient déjà un lointain souvenir dès le troisième jour. On mentionnera une douleur à un orteil de Nil qui pourrait bien être due à une petite fracture de fatigue, pas grand chose d’autre à faire que de surveiller. A suivre. Au rayon des bonnes nouvelles se trouve aussi la panne de notre drone que nous avons dû renvoyer pour réparation et l’attente d’un colis qui nous oblige à rester plus longtemps de prévu à Santiago do Cacém. Oui, difficile à croire vu d’ici mais il parait qu’il y a eu beaucoup de neige en France et que les services postaux prennent du retard ! On prend donc notre mal en patience.

 

 

Notre aventure sur la Rota Vicentina s’est arrêtée quand nous sommes arrivés à Santiago do Cacém, sans doute la plus grande ville que nous ayant traversé depuis le début. Difficile de mettre des mots sur tout ce que nous avons ressenti pendant ces 10 derniers jours. L’excitation et parfois l’angoisse des premiers pas de l’aventure Deux Pas Vers l’Autre a forcément donné une saveur très spéciale à tout ce que nous avons expérimenté, il n’empêche que nous continuons notre route en ayant découvert un collectif de passionnées de randonnée, de nature et de leur région, nous avons été frappés de plein fouet par la beauté des paysages d’Algarve et d’Alentejo, été submergés par l’accueil et la bienveillance des Portugais, le tout agrémenté de Pasteis de Nata et autres spécialités locales.

 

Et vous, vous connaissez le Portugal ? Vous avez des conseils, des choses à voir ou à goûter absolument ? Vous voulez nous rejoindre ? :)

 

A très vite pour la suite !

Marie & Nil

 

 

Lire l'article précédent : On n'est jamais vraiment prêt...

Découvrez nos astuces de voyageurs

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on LinkedIn
Please reload