BLOG

COMMENT PRÉPARER UN ITINÉRAIRE DE RANDONNÉE DE 10 000 KM ? PARTIE 3 : LA JUNGLE DES OUTILS GPS

December 16, 2017

 

Après avoir rempli quelques carnets de notes et vidé 5 boites de punaises sur le mur, nous avions sous les yeux la première trace de notre traversée de l'Europe ! Quelle satisfaction ! Notre voyage à pied s'étalait là, sous nos yeux fatigués et tout paraissait maintenant beaucoup plus clair. Mais on ne voulait pas s'arrêter là !

 

C’est sûr, nous aurions pu “stabiloter” des cartes papiers mais, aussi humaine et simple que nous imaginions cette aventure, nous voulions utiliser les outils les plus modernes et les plus intuitifs. C’est aussi le moyen pour nous de vous restituer une expérience immersive et d’alléger nos sacs pendant le voyage. 

 

Allier technologie et écologie en évitant d’imprimer des cartes papier contraignantes était impératif pour nous, nous devions donc retranscrire ce parcours dans un format pratique et accessible pour tout le monde.

 

Voici notre démarche en 4 étapes :

 

 

 

1. Construire numériquement la trace

 

Dessiner une trace GPS au format .gpx ne pose pas les mêmes problématiques pour une sortie à la journée de 10, 20 ou 30 km que pour une randonnée ultralight de 10 000 km, il nous a donc très vite fallu trouver des solutions.

 

 

La découverte de l’année, c’est l’application Wandermap

 

Wandermap est un outil web permettant de tracer des itinéraires à pied en utilisant en priorité les voies les plus petites et en privilégiant donc toujours les sentiers aux routes goudronnées, quitte à en allonger leur distance. Une petite révolution pour les adeptes du voyage à pied !

 

 

Avec Wandermap nous avons donc pu, pays par pays, (le poids des fichiers ne permettant pas de tout faire d’un bloc) dessiner la trace gpx en respectant les sentiers que nous voulions emprunter et en nous assurant de la cohérence du parcours kilomètre après kilomètre.

 

Wandermap trace un itinéraire entre des points en se basant sur les données cartographiques Google mais aussi sur les cartes opensources mises à jour tous les jours par des milliers d’utilisateurs. Aussi, plus nous avancions vers des pays moins documentés cartographiquement, plus il fallu jongler entre les voies que connaît l'application et ce que nous pouvions voir en vue satellite et dont nous connaissions par ailleurs l’existence.

 

Une dizaine d’heures seulement a suffi à numériser notre itinéraire de plus de 10 000 kilomètres en 17 fichiers gpx, un par pays exactement.

 

C’est ici que s'arrête le travail avec Wandermap et c’est ici que commence la jungle des outils d'édition de traces gpx.

 

 

2. 10 000 km... beaucoup (trop) d'informations à traiter : SIMPLIFIER

 

 Sous Wandermap les fichiers gpx exportés étant particulièrement précis, ils sont aussi très lourds et posaient donc, dans notre cas, des problèmes de lecture sur la plupart des outils d'édition gpx en ligne. Un comble pour une randonnée ultralight...

 

 

Le seul outil web permettant d’ouvrir la totalité du parcours à ce stade était MyGPSFiles.

 

 

 

MyGPSFiles est de tous, le moins capricieux des outils gps en ligne. Il accepte plusieurs traces uploadées séparément même d’une taille conséquente (20Mo+), les affiche ensemble sur un fond de carte au choix et permet d’en cumuler les statistiques.

 

 

Depuis cette web app nous avons donc pu calculer les distances et dénivelés de notre traversée de l'Europe de la façon la plus précise possible en conservant les traces les plus complètes et les plus exactes.

 

 

3. Compiler et alléger

 

Une dernière étape dans l'édition du gpx consistait à rassembler toutes ces traces dans une trace unique qui conserve pourtant les sections.

 

Ici, c'est l’application gratuite GPS Track Editor que nous avons utilisé. Grâce à ce logiciel, nous avons donc pu fusionner l’ensemble des traces et alléger le poids du fichier tout en gardant une trace assez précise. Le logiciel permet, parmi les différents outils et fonctionnalités proposés, d’appliquer sur la trace un filtre de données qui ne conserve les points de route que tous les x mètres. Pour notre tracé, une occurrence des points de route tous les 140 mètres permettait d'obtenir un fichier de moins de 5 Mo donc moins difficile à utiliser.

 

 

Téléchargez ici nos traces GPX

 

 

4. Rendre l'itinéraire accessible au plus grand nombre

 

Pour permettre à tout le monde d’avoir accès à une carte simple et détaillée de notre parcours, nous ne pouvions pas simplement vous proposer une carte matricielle ou vous demander d’installer des logiciels obscurs pour lire notre fichier. Nous avons donc décidé d’utiliser un module Google Maps.

 

 

 

 

Google Maps se décline sous mille formes, presque tentaculaire, la plateforme se veut avant tout flexible. Google Maps permet de créer des cartes personnalisées et d’y ajouter, entre autres, des traces. Le prérequis pour notre trace était ici un poids inférieur à 5Mo.

Google Maps permet aussi d’inclure des informations sur chaque étape du tracé et de choisir les paramètres visuels des segments indépendants pour un maximum de clarté.

 

Enfin, cette plateforme nous permet d’ajouter à notre carte des photos sur des localisations précises, et avec des outils un peu plus complexes, de programmer via l'API de Google Maps une géolocalisation précise en temps réel, vous permettant à tout instant de voir notre position sur le parcours et de suivre l'avancée de notre traversée de l'Europe, mais ça, nous vous en parlerons bientôt !

 

Voir l'itinéraire complet sur Le Chemin.

 

 

Nil

 

 

Lire la Partie 1 de l'article : Savoir ce que l'on veut

 

Lire la Partie 2 de l'article : Où trouver l'information ? Pas mal de recherches et... un peu de hasard !

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on LinkedIn
Please reload