BLOG

1KG FOR THE PLANET - Randonneurs engagés pour l'environnement

June 11, 2019

Sinistre constat

 

Les chiffres font peur, vous le savez. Notre objectif n’est pas de vous faire peur (on espère que vous le savez aussi) mais de rappeler le contexte dans lequel est né le projet 1KG FOR THE PLANET.

 

  • 10 tonnes de plastique sont produites chaque seconde dans le monde

  • 89 milliards de bouteilles plastiques d'eau vendues chaque année (on parle juste des bouteilles d’eau)

  • 1 milliard de pailles non recyclables sont jetées chaque jour

  • Seulement 9% de ces plastiques sont recyclables

  • 60% des animaux sauvages ont disparu en quarante-quatre ans

  • Si rien ne change dans notre consommation, la masse du plastique dans les océans dépassera la masse de poissons en 2050

  • Une décharge de plastique de 1,6 million de km² flotte dans l’océan, soit environ trois fois la France

  • Les consommateurs de poissons et fruits de mer ingèrent jusqu’à 11 000 microparticules de plastique chaque année.

  • L’ONU a calculé que si on attachait ensemble les sacs plastiques consommés en une heure dans le monde, on pourrait faire sept fois le tour de la Terre

 

 

Qu’est-ce qu’on fait ? On continue gentiment de s'empoisonner et de détruire notre planète ou on se bouge ?

 

 

Action - Réaction

 

Qu’est-ce qu’on fait, nous ? Depuis février 2018 nous traversons 17 pays d’Europe à pied, du Portugal jusqu’à Istanbul. En chemin, nous voulions faire un geste pour l'environnement, nous collectons les déchets jusqu’à atteindre l’équivalent d’un kilo avant de le jeter dans une poubelle en bonne et due forme et de recommencer. Certains jours, nous ne récoltons rien. D’autres, nous ramassons plusieurs kilos chacun.

 

On ne se raconte pas d’histoires, ramasser les déchets ça ne réduit pas leur nombre. Notre action avec 1KG FOR THE PLANET a deux objectifs principaux :

  • faire en sorte que le maximum de déchets possible soient traités correctement, c’est-à-dire entrent dans le circuit de recyclage quand c’est possible

  • préserver les espaces naturels en limitant la présence de matériaux toxiques (comme le plastique) sur ces sites. ça a aussi le mérite de les rendre plus accueillants pour les prochains visiteurs qui y réfléchiront peut-être à deux fois avant de jeter leur paquet de chips par terre

 

 

1kg c’est symbolique. On ne transporte pas de balance avec nous, mais on se représente assez facilement le poids d’un paquet de riz ou d’une brique de lait. L’idée c’est de montrer que si nous, randonneurs longue distance, pour qui chaque gramme compte, pouvons faire ce sacrifice de réserver 1kg dans nos sacs pour nettoyer les sentiers, beaucoup peuvent le faire. Pour nous c’est aussi un moyen de rendre un peu à ces pays qui nous accueillent et leur nature qui nous appartient à tous.

 

C’est un geste simple, pas une révolution. D’ailleurs, nous n’avons rien inventé, nous mettons des mots sur ce que font déjà de nombreux marcheurs amoureux de la nature. Mais mettre un nom et des mots pour regrouper nos actions individuelles, leur donner de la force, leur donner une voix.  Cette communauté qui nous rassemble, nous fait certainement nous sentir moins seuls dans cette mission qui nous semble parfois relever de l'impossible. Et pourtant…

 

 

Comment on a fait

 

Evidemment, n’importe quel sac réutilisable peut faire l’affaire mais, encore une fois, nous avons pensé que le sentiment d’appartenance à quelque chose de plus grand pouvait être efficace pour faire grossir les rangs de cette communauté.

Avec les dons reçus par notre association Deux Pas Vers l’Autre, nous avons donc lancé la production de 1000 sacs de collecte à partir de bouteilles plastiques recyclées. Les sacs sont accompagnés d’un mousqueton pour l’accrocher facilement au sac à dos et d’un dépliant expliquant la démarche.

 

 

Nous avons pris la décision de distribuer ces sacs gratuitement, seuls les frais de port restent à la charge du demandeur. Vendre ces sacs aurait pu être une source de revenus pour notre association mais nous avons souhaité toucher le plus grand nombre. Nous avons à ce jour distribué environ 800 sacs, soit par courrier, soit à des personnes que nous rencontrions en chemin et qui se sentaient concernées par le sujet. La seule chose que nous demandons en échange, c’est de nous aider à faire vivre le projet 1KG FOR THE PLANET en en parlant autour d’eux et en postant des photos de leurs collectes sur les réseaux sociaux. De ce point de vue-là, nous avons eu de belles surprises avec des contributeurs exceptionnels mais aussi des déceptions avec de nombreuses personnes dont nous n’avons plus jamais entendu parler.

 

1KG FOR THE PLANET est soutenu par des institutions comme la Fédération Française de Randonnée qui distribue les sacs lors de salons ou à l’occasion de sorties scolaires.

 

 

Sur le terrain, ça se passe comment ?

 

Depuis notre départ du Portugal, nous avons traversé 12 pays et pouvons déjà distinguer des réalités différentes selon les pays. Évidemment, notre retour d’expérience est à nuancer en prenant en compte que nous n’avons parcouru qu’une “ligne”, un sentier, dans ces pays, si nous avions choisi un autre itinéraire dans ces mêmes pays, notre expérience aurait pu être toute autre. Sur les hauts sommets des Alpes italiennes, on trouve certainement moins de déchets que dans des régions agricoles de l’Italie. Aussi, la saison à laquelle nous avons découvert ces pays est importante. Fin août ou sous 3 mètres de neige, on ne voit pas la même chose.

 

La mauvaise surprise : le Portugal. On ne s’attendait pas à ce qu’un pays si proche du nôtre se trouve si loin derrière en termes de conscience environnementale. Tout jeter par la fenêtre de sa voiture, là-bas c’est la règle !

La meilleure surprise : la Slovénie. A l’inverse, on n’imaginait pas que ce pays d’ex-Yougoslavie soit aussi propre et que le niveau d’éducation sur le sujet soit si élevé. Les sorties dans la nature et la randonnée sont une évidence et ça se ressent dans les espaces naturels.

La plus grosse frustration : les Balkans en général. Impossible de tout ramasser, nous rencontrons régulièrement des décharges à ciel ouvert le long d’une falaise, dans le lit d’une rivière… Un vrai crève-coeur. On s’est souvent sentis assez bêtes avec nos sacs de déchets quand on trouvait enfin une poubelle ensevelie sous les ordures qui ne seraient sans doute jamais ramassées.

Le plus stupide : les crottes de chien dans des sacs plastiques jetées dans la nature. Non, on ne vous ment pas… Et ça c’est en Suisse qu’on l’a trouvé. L’explication la plus plausible : la peur de prendre une amende pour ne pas avoir ramassé les déjections de son chien quand quelqu’un les regarde, ils ramassent, puis jettent quand plus personne ne peut les voir.

La honte : les cartouches de fusil de chasse en France. Dans l’Hérault, des kilos et des kilos de cartouches en plastique par terre... Sans commentaire.

Ce qu’on trouve absolument partout : le papier toilette et les mouchoirs en papier. C’est du papier donc c’est naturel, on peut le laisser dans la nature, ils vont vite se dégrader ? NON ! Ils sont souvent pleins de produits chimiques pour les blanchir, les faire sentir bon, etc. Aujourd’hui les mouchoirs en papier sont traités pour ne pas se décomposer facilement, juste pour les étourdis qui les oublient dans leur poche et les passent à la machine à laver… Et on ne vous parle pas de la pollution visuelle.

 

 

 

Actions de sensibilisation

 

Notre action passe aussi par de la sensibilisation à la protection de l'environnement dans les pays traversés et sur les réseaux sociaux. Nous avons mis en place le groupe 1KG FOR THE PLANET sur Facebook où la communauté peut partager les photos de collectes mais aussi engager la discussion sur le sujet. Sur Instagram, le #1kgfortheplanet recense des photos de collecte du monde entier.

 

 

Quand c’est possible, notamment quand la langue nous le permet, nous aimons organiser des actions de sensibilisation dans les écoles des pays que nous parcourons. Nous avons le sentiment que plus tôt commence la sensibilisation, plus elle a de chances d’opérer.

 

 

Dans trois pays, nous avons eu l’occasion de présenter notre projet à la télé : en Slovénie, au Monténégro et en Albanie et il y en aura d’autres ! Dans les Balkans, le sujet est brûlant. Pour la plupart des pays de la région candidats à entrer dans l’UE, l’environnement est le premier point bloquant. Pas de réel système de ramassage et de traitement des déchets domestiques ou industriels ou même médicaux.

 

Enfin, la meilleure sensibilisation que l’on peut faire au quotidien, c’est de montrer l’exemple. Porter nos sacs bien visibles, ramasser les déchets sous les yeux des gens, en général ça interpelle et souvent la conversation s’engage.

 

 

Ils ont adopté 1KG FOR THE PLANET

 

La magie des réseaux sociaux nous a mis en contact avec les Nodimages. Gaëtan, Marianne et leurs enfants Diego, Noam et Ben sont partis de Belgique et traversent l’Afrique à bord d’un ancien camion de pompier. 1KG FOR THE PLANET les a séduit et nous avons réussi à leur faire parvenir des sacs juste avant leur départ. On ne pouvait imaginer un plus beau retour que la vidéo qu’ils ont réalisée.

Candie du blog Les Géonautrices vient de tourner un documentaire sur la pollution au Népal et en particulier sur les sentiers menant au camp de base de l’Everest. Le film est actuellement en cours de montage et a pour objectif de dénoncer la manière dont le toit du monde a été souillé d’année en année mais également de mettre en avant les actions déjà en cours pour nettoyer les lieux et les sentiers de randonnée en général, 1KG FOR THE PLANET en fait partie !

Jeanne dont vous pouvez suivre les pérégrinations sur Voyages sur un petit nuage, voyage avec un kit “zéro déchet” fait maison qui concerne son alimentation (paille en inox, couverts en métal, sacs en tissu et boîtes en métal pour transporter les aliments) ainsi que sa trousse de toilette. Comme le zéro déchet absolu en voyage, c’est presque mission impossible et que de toute façon on trouve aussi ceux des autres, Jeanne voyage aussi avec son sac 1KG FOR THE PLANET.

 

Et vous, vous vous y mettez quand ?

Demandez votre sac : Instagram, Facebook, email

 

A très vite !

Marie & Nil
 

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on LinkedIn
Please reload